Les découvertes du projet Titi

Publié le par Antonio

DSC-0860.JPG

 



La deuxième étape du Projet Titi avance encore plus vite que la première, le travail est tellement captivant que parfois on ne trouve plus le temps de communiquer. L’équipe du Conservatoire est maintenant complètement habituée à la vie et au travail au Pérou, ce qui nous permet d’être plus efficace pour communiquer avec les gens et travailler à la recherche du titi.

Nos expéditions continuent de donner des résultats très intéressants et motivants. Les trois premiers mois de l’étude ont surtout servis à mettre en place et à approfondir une méthodologie qui nous a permis de découvrir le Callicebus oenanthe dans des endroits où jamais personne ne l’avait encore observé ! Ces résultats nous ont également obligé à modifier les noms communs donnés jusque là à l’espèce. En effet, on ne peut plus parler du Titi des Andes car on ne trouve pas ce titi dans les montagnes des Andes. On ne peut plus dire non plus le Titi del Alto Mayo car les titis vivent également en dehors de la vallée d’Alto Mayo. Le nom de « Titi de San Martin » est probablement mieux adapté puisqu’on retrouve cette espèce dans tout le département de San Martin.

A ces bons résultats obtenus pour le Titi de San Martin s’ajoute la probable découverte d’une nouvelle espèce de titi qui semblerait vivre en sympatrie dans le sud de l’aire de distribution du Titi de San Martin. Cette découverte, qui doit être confirmée par une recherche ADN, montre que l’homme a encore beaucoup à apprendre et à découvrir des animaux qui vivent sur notre planète.

Le travail de l’équipe du Conservatoire n’est pas seulement dédié à la recherche et à la sensibilisation mais elle s’efforce également d’apporter son aide à la lutte contre le trafic d’animaux et la déforestation. Notre équipe a réussi à faire collaborer des instititutions qui habituellement passent leur temps à regarder la forêt disparaître sous leurs yeux sans rien faire. Des collaborations se sont ainsi installées avec l’INRENA (Ministère de l’environnement péruvien), la Police Ecologique, l’Université de San Martín, les Communautés Natives, le Musée d’Histoire Naturelle de Lima, le zoo de Huachipa..., et on espère motiver encore plus de monde pour participer à nos côtés à la sauvegarde de la nature !

 

Publié dans Projet titi

Commenter cet article