Naissance de Toùni, le bébé gorille

Publié le par Jean-Pascal


b--b--.JPG
Le 12 décembre dernier, un septième bébé gorille a vu le jour à la Vallée des Singes. Nous suivions depuis près de neuf mois la gestation de Virunga, la plus vieille femelle gorille de notre groupe (37 ans) et nous étions vraiment impatients que la naissance ait lieu. Normalement, la date prévue était le 2 décembre, et c'est 10 jours plus tard que Virunga a enfin décidé de nous offrir ce joli cadeau de Noël avant l'heure.
Virunga avait déjà deux fils (Badongo, 8 ans et Lomako, 3 ans). Nous espérions donc qu'elle ait enfin une fille (étant relativement âgée, peut-être que Virunga n'aura plus de bébé à l'avenir…). Lorsque nous sommes entrés dans le bâtiment des gorilles, le matin du 12 décembre, et que nous avons constaté avec joie la naissance, nous avons vite pu constater que ce bébé était effectivement une petite femelle. Il suffit d'être patient, et d'attendre que la maman nettoie le derrière de son bébé pour observer le sexe.
Passés 4 ou 5 jours, si tout va bien, que le bébé tète et que la mère s'en occupe bien (Virunga est une maman très attentionnée et expérimentée), on peut commencer à chercher un nom au bébé. Ce n'est jamais très facile ! Les trois soigneurs des gorilles font chacun leur petite liste, le responsable zoologique aussi, et on se retrouve ainsi assez vite avec une douzaine de noms ! Nous cherchons toujours à donner des noms en rapport avec les pays d'origine de l'espèce en question. Un bon dictionnaire de lingala est donc le bienvenu (c'est une des langues parlée au Congo). Cette fois, notre choix s'est arrêté sur "Toùni", ce qui signifie "tout petit" en lingala. Et c'est effectivement la première chose que nous avons pensé lorsque nous avons découvert cette petite gorillone : "elle est toute petite !". Evidemment, elle ne va pas rester si petite. Si aujourd'hui elle doit peser environ 1,5 kg, dans une dizaine d'années, elle en pèsera entre 80 et 100 !
Pour le moment, personne n'a le droit d'approcher la maman et sa progéniture (si ce n'est Lomako, encore petit, mais à distance respectable tout de même). Yaoundé, l'heureux papa de ce 7ème bébé, veille à ce que les ados du groupe notamment ne viennent pas chahuter trop près de la fragile Toùni.

Publié dans Les gorilles

Commenter cet article