Le trafic illégal d’espèces menacées 2

Publié le par Hélène Collongues/IKAMA

Avec quel bonheur nous avons accueilli en ces terres lointaines Antonio et Fernando venus démêler la situation obscure et difficile de notre cher titi des Andes! D’autant qu’à IKAMA nous avons vu passer déjà un certain nombre d’étudiants et chercheurs, la plupart plus préoccupés de leur PHD et de leur situation personnelle que du sort de l’espèce qu’ils étudient ...pour ne rien dire du déficit de sensibilité culturelle dans les relations avec la population locale.  

 

Nous avons obtenu grâce à eux et à Jan, Président du Conservatoire pour la protection des primates, les informations qui nous ont permis de faire confisquer un précieux singe laineux à queue dorée en vente dans une station de bus et qui mangeait des glaces en attendant de partir comme objet de décoration bien loin de sa brumeuse forêt de nuages. Ces actions menées par la police devant un public permettent d’envoyer un message clair à tous. 

Le commerce de ces espèces est illégal. Beaucoup ne le savent pas. 

Les enregistrements des propriétaires de centres touristiques de la région mentionnant leur source d’approvisionnement en espèces sauvages ainsi que la vidéo du trafiquant lui même en pleine action est d’une valeur inestimable pour la lutte contre le trafic que nous menons. Ces documents se trouvent actuellement à Lima aux mains d’Inrena et de la police écologique, vivement assistés par une association amie qui va suivre et encourager les actions de fermeture d’au moins l’un des centres et del Huequito. 

Il n’y a pas que le titi qui pourra dire merci à ce projet de recherche, tout le travail discret et respectueux de sensibilisation qu’ils ont mené et les informations recueillies pour nous représentent une aide très significative dans la préservation des espèces les plus menacées.

 Chapeau bas à ce que l’Europe produit de mieux, la science avec l’éthique et l’engagement personnel et en plus ils se sont fait aimer par tous !!

 Vive le projet Titi !!!

 

 

Publié dans La Conservation

Commenter cet article